Un nouveau syst?me de contr?le des proc?d?s mis en ?uvre dans la centrale ?lectrique d'Aksu.

18.02.2016

Dans le cadre d'un programme d'investissement, le niveau supérieur d'un système de contrôle automatisé des procédés (SCAP) a été remplacé dans le réacteur numéro 3 de la centrale électrique exploitée par Eurasian Energy Corporation, une société d'Eurasian Resources Group (ERG). La société a affecté quelque 66,81 millions de KZT au remplacement de cet équipement.

« Dans les centrales électriques modernes, un SCAP présente le même niveau d'importance et d'exigence qu'un équipement principal. Un SCAP moderne se doit d'être fiable, efficace et facile d'utilisation. Sa tâche principale consiste en un contrôle efficace des équipements techniques afin d'assurer le niveau de performance technique et économique le plus élevé possible. Dans la mesure où l'équipement que nous utilisons fonctionne 24h/24 et 7j/7 depuis 10 ans et où il était arrivé en fin de vie, la question de son remplacement s'est posée. Nous avons attentivement étudié toutes les options disponibles et avons sélectionné la solution qui offrait le meilleur rapport prix/performance, a déclaré Roman Paustyanov, responsable de l'unité d'instrumentation thermique et de contrôle de la centrale électrique de JSC EEC.

Pour faire simple, les ingénieurs ont remplacé quatre serveurs qui stockent et traitent des informations sur les tâches opérationnelles réalisées dans le réacteur, sept terminaux d'exploitation (ordinateurs) et quatre terminaux MX (terminaux d'affichage graphique à distance), trois commutateurs réseaux et des lignes de communication réseau. Le nouvel équipement a une plus grande capacité de disque dur ; cela a permis d'allonger la durée de stockage des archives électroniques de trois à cinq ans, un élément incontestablement essentiel pour l'analyse de la performance économique du réacteur.

L'équipement a été remplacé par des experts de CJSC Interautomatika, en coopération avec des employés de l'unité d'instrumentation thermique et de contrôle de la centrale électrique.

« Pour autant que nous sachions, il s'agit du système de contrôle des procédés le plus avancé en République du Kazakhstan, a affirmé Alexey Olokhtonov, chef d'équipe chez CJSC Interautomatika. « Les systèmes de contrôle des procédés TPTS-51 sont largement utilisés dans les réacteurs de plus 120 MW dans les centrales thermiques et nucléaires en CEI et dans des pays en dehors de la CEI, alors que la capacité des réacteurs de la centrale électrique d'Aksu totalise 300 à 325 MW. Aucun incident n'a été à déplorer sur toute la durée d'exploitation du SCAP. Cette version du système s'appuie sur des commutateurs réseaux plus compacts et plus performants. Les systèmes que nous utilisons font appel à des microprocesseurs de pointe et à haute fiabilité produits par le groupe SIEMENS ou sous licence. Les collaborateurs de la centrale électrique d'Aksu ont exprimé un vif intérêt pour l'utilisation et le fonctionnement du système et ont réalisé des assemblages et des installations de haut niveau.

L'année dernière, une solution technique similaire a été mise en œuvre dans le réacteur numéro 4.

Aujourd'hui, le réacteur numéro 3 a été mis en service avec succès et a commencé à produire de l'électricité.

Rappelons que la centrale électrique d'Aksu procède depuis 2001 à la mise à niveau de ses réacteurs : cinq des huit réacteurs ont déjà fait l'objet d'une mise à niveau complète. Le réacteur numéro 5 est actuellement en cours de révision pour un coût total de 277 millions USD. Globalement, depuis 1996, JSC EEC a investi pas moins de 190 milliards KZT dans des réparations de divers degrés de complexité et la révision des équipements dans la centrale électrique.

La capacité installée de la centrale électrique d'Aksu totalise 2 450 MW.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir une meilleure expérience lors de l'utilisation de notre site Internet. Si vous continuez à parcourir le site sans modifier vos paramètres, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, cliquez ici..