ERG pr?sent ? la grand-messe de l'industrie mini?re au Br?sil pour d?finir le d?veloppement futur de BAMIN et discuter des principales tendances technologiques

24.10.2016

Eurasian Resources Group (ERG), l'une des plus grandes entreprises de ressources naturelles, a participé au 24e Congrès mondial des technologies minières de Rio de Janeiro. M. Benedikt Sobotka, President Directeur Général, était invité à un panel de discussion consacré au rôle des technologies et de l'innovation dans le secteur de l'exploitation minière. Parmi les autres participants à la discussion figuraient des dirigeants d'AngloAmerican, Vale et Votorantim Metals Group.

Cette année, pour la première fois de son histoire, le Congrès minier mondial (WMC) se tient au Brésil et est organisé en collaboration avec IBRAM, Association nationale des sociétés minières, en charge de la coordination. L'événement rassemble quelque 900 participants représentant les opérations dans 40 pays.

M. Sobotka: « De par son statut de locomotive sur le marché mondial du minerai de fer, le Brésil définit les grands axes du développement technologique de l'industrie. Grâce à un récent accord conclu avec Google et McKinsey, la République du Kazakhstan, qui figure elle aussi parmi les producteurs majeurs de matières premières diversifiées, entend se profiler comme un pionnier dans l'utilisation de l'analyse du « big data » afin d'améliorer l'efficacité de son secteur minier. En tant que grands producteurs et exportateurs de minerai de fer présents au Kazakhstan et au Brésil, nous sommes idéalement positionnés pour échanger nos idées sur les différents marchés et il y a beaucoup de sujets sur lesquels nous voulons discuter avec nos partenaires et amis durant ce rassemblement clé pour l'industrie au niveau international ».

Sokolov-Sarbai Mining Production Association (SSGPO), la plus grande usine de production d'ERG au Kazakhstan, est un acteur de premier plan sur le marché du minerai de fer avec une capacité annuelle de 40 millions de tonnes. Au Brésil, ERG est occupé à développer à travers sa filiale à 100% Bahia Mineração Limitada (BAMIN) la Phase I du port en eau profonde de Porto Sul, à proximité d'Ilheaus, dans la province de Bahia, de même que la mine de fer à ciel ouvert de Pedra de Ferro, à proximité de Caetite. Porto Sul représentera un maillon à part entière du corridor logistique est-ouest en développement dans le cadre d'un vaste projet d'Intégration Ferroviaire Est-Ouest (FIOL). Une fois opérationnelle, la mine de Pedra de Ferro affichera les coûts d'exploitation les plus faibles du secteur à l'échelle mondiale.

À l'occasion du Congrès, M. Sobotka a pris part à la discussion de panel intitulée « L'exploitation minière dans un monde d'innovation : la société minière du futur », modérée par Mme Gillian Davidson, Responsable de l'exploitation minière et des métaux au Forum économique mondial. Il a été rejoint par M. Ruben Fernandes, PDG d'Anglo American, M. Tito Martins, PDG de Votorantim Metals Group, et M. Clovis Torres, Directeur exécutif des ressources humaines, de la durabilité, de l'intégrité d'entreprise et du consulting général pour Vale.

Les participants se sont accordés sur la nécessité pour le secteur de s'adapter à de nouvelles méthodes de travail, de rechercher une meilleure utilisation des technologies (y compris l'utilisation de la robotique, des drones et des systèmes informatisés) et de réduire la présence humaine dans les postes à haut risque.

M. Sobotka a poursuivi la réflexion sur les opérations d'ERG au Kazakhstan et au Brésil ainsi que sur le rôle de la technologie comme moteur du changement dans les comportements et les perceptions au sein du secteur minier. « Notre secteur doit faire preuve de davantage de volonté pour expérimenter de nouvelles technologies et prendre des risques mesurés. Nous devrions également créer une base de talents équipés pour répondre à l'agenda des nouvelles technologies. L'automatisation et la robotique ne seront sources de valeur que s'il existe une culture du changement » a affirmé M. Sobotka. « Pour certaines entreprises, l'idée même de changer s'avère parfois compliquée, mais lorsque le changement se met au profit du bien commun, il est possible, et même nécessaire de faire en sorte qu'il se réalise. Aussi ERG s'est-il attelé au cours des derniers mois à collaborer étroitement avec ses pairs de l'industrie du cobalt, les organisations internationales, les ONG et toute une série d'autres parties prenantes pour explorer les possibilités de lutter contre le travail des enfants dans l'industrie minière artisanale en République démocratique du Congo, une autre région où ERG se profile comme un acteur de premier plan » a-t-il ajouté.

M. Sobotka a souligné: « Si la coordination d'un tel groupe peut prendre un certain temps, l'éventail d'actions que le groupe peut potentiellement soutenir dépasse de loin le champ d'action d'une organisation isolée. Dans la mesure où la technologie conduit à des changements pouvant nous permettre de protéger nos travailleurs, les communautés et environnements locaux dans lesquels nous sommes actifs, il existe sans doute des opportunités de collaboration similaires susceptibles de faciliter de véritables réformes ».

L'ensemble des participants à la discussion de panel se sont accordés sur le fait que la technologie pouvait se révéler un précieux allié de l'industrie dans les prochaines années, en facilitant et en optimisant les systèmes d'exploitation du minerai, en rendant les procédés plus efficaces et en réduisant ainsi la consommation de combustible ou encore les émissions de gaz polluants.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir une meilleure expérience lors de l'utilisation de notre site Internet. Si vous continuez à parcourir le site sans modifier vos paramètres, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, cliquez ici..