Benedikt Sobotka, Administrateur délégué d’Eurasian Resources Group (« ERG »), détaille les perspectives d'ERG sur les marchés mondiaux des matières premières

18.05.2017

Les matières premières et les actions liées aux ressources ont connu un rebond au cours des six derniers mois, confirmant le creux majeur qu’a connu le cycle en 2016. Cependant, il est clair que les marchés sont influencés non seulement par des facteurs spécifiques aux matières premières, mais aussi par des événements politiques et macroéconomiques. Certains risques géopolitiques s’étant concrétisés, les valorisations intégrées par les marchés nous semblent désormais plus réalistes après la dissipation d’un optimisme immodéré. Du point de vue des fondamentaux du marché, le mois de mai est traditionnellement une période creuse pour la performance des matières premières. Si nous ne voyons pas de tendance à la baisse dans l’immédiat, nous nous attendons à ce qu'une correction à court terme soit encore possible, avant une nouvelle remontée ciblant les niveaux de résistance clés et les récents pics.

En termes de marchés individuels, nous sommes particulièrement optimistes quant au cuivre et à l'aluminium, et nous prévoyons un brillant avenir pour le cobalt. Nous croyons que les marchés de l'acier et du minerai de fer traversent une nécessaire phase de correction, qui permettra de mieux refléter l'état réel de leurs balances entre l’offre et la demande.

L’amélioration des fondamentaux augure de perspectives très positives pour le cuivre. La croissance chinoise et mondiale a nettement augmenté en 2017, stimulant la demande pour le métal, alors que l’offre de cuivre a été freinée par l'absence de nouveaux projets et par des grèves prolongées. Ces facteurs ont resserré les équilibres du marché et ont entraîné une hausse des prix. Nous pensons qu'il y aura de nouveaux déficits de l’offre et que les prix du cuivre seront dès lors considérablement plus élevés d'ici la fin de cette décennie. Les coûts liés à la découverte de nouvelles ressources ont considérablement augmenté au cours des dix dernières années, et le nombre de découvertes de premier plan a chuté. En outre, la production minière existante diminue à mesure que la qualité des minerais continue de baisser. En ce qui concerne le deuxième semestre de cette année, d’âpres négociations sur les contrats de travail sont à prévoir, entraînant des pertes substantielles de production, dans la mesure où jusqu'à 1,5 million de tonnes de production de cuivre sont exposées à des perturbations potentielles.

Pendant ce temps, la politique environnementale chinoise laisse entrevoir une période de croissance faste pour l'aluminium. Nous croyons que les efforts du gouvernement chinois pour lutter contre la pollution ont contribué à expliquer pourquoi l'aluminium a surpassé les autres métaux de base en 2017 et nous sommes convaincus que le rallye se poursuivra au premier trimestre de 2018. Il semble que les autorités chinoises prennent très au sérieux le contrôle des capacités de production d'aluminium polluantes et illégales.  Naturellement, il reste à voir exactement comment les nouvelles réglementations seront mises en œuvre et quel effet elles auront sur l'approvisionnement domestique et mondial. Cependant, nous estimons qu’une capacité de 4 à 5 millions de tonnes pourrait faire l’objet d’un risque de fermeture ou de retard, et nous anticipons donc une remontée significative des prix, qui risque de compromettre le niveau de 2.000 USD/t plus tard dans l'année.

Les prix du minerai de fer se sont installés dans ce que nous croyons être une fourchette plus fondamentalement justifiée de 60-70 USD/t. Il est d’autant plus difficile de mesurer la trajectoire future de ce métal que le marché a été notoirement imprévisible au cours des douze derniers mois et a laissé de nombreux analystes perplexes. Nous pensons que les perspectives resteront difficiles au cours des prochaines années. Cependant, il est toujours possible que la Chine lance une nouvelle bouée de sauvetage pour l'acier et le minerai de fer, ce qui transformerait la dynamique du marché. 

Enfin, le cobalt reprend du poil de la bête après des années de sous-performance. Le prix de référence pour une qualité moindre est en hausse de 70% depuis le début de l’année. Ce métal a attiré l'attention du monde en raison du potentiel énorme d'augmentation de la consommation de cobalt suite à la croissance rapide de la demande de véhicules électriques et de batteries de stockage. Le marché des véhicules électriques devrait changer le visage de l'industrie automobile mondiale, avec des prévisions suggérant 15 millions de nouvelles ventes unitaires par an d'ici 2022. 

Nous utilisons des cookies pour vous offrir une meilleure expérience lors de l'utilisation de notre site Internet. Si vous continuez à parcourir le site sans modifier vos paramètres, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, cliquez ici..